forum alternative de gauche et humanisme Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

a

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum alternative de gauche et humanisme Index du Forum -> Forum Politique -> Actualité politique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
jonathanl


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2009
Messages: 57

MessagePosté le: Mar 4 Aoû - 03:36 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

aertey

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Aoû - 03:36 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
jonathanl


Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2009
Messages: 57

MessagePosté le: Mar 4 Aoû - 03:39 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

j'ai un peu commencé
-
les grandes lignes : définir ce qu'est l'idée de socialisme en tant que système politique de pensée et de conception du monde.
-
application de cette pensée et vision du monde face au contexte du libéralisme marchand, et définition des valeurs proches de l'idéal républicain.
-
difficulté à défendre l'idée récente de socialisme actuellement face au contexte de mondialistation
-
perspectives et évolution du monde contemporain d'aprés la construction d'un modèle plus social





face à la situation du monde contemporain et de la crise fiancière mondiale, il semble aujourd'hui nécessaire de penser à une conception politique du monde différente, dont notamment la question d'un idéal socialiste. le socialisme est une idée récente qui trouve ses racines dans une conception marxiste du monde et notamment à une organisation privilègiant le communisme, donc la réduction de nos différences de classe par la vision d'un système basé sur l'idée de collectivité. la vie en société et la définition de la liberté obligent à concevoir un fonctionnement collectif qui permette aux uns et aus autres de vivre ensemble de la meilleure façon possible ; les bases de notre république liées aux principes de liberté, d'égalité, fraternité représentent cette conception de l'héritage de l'idéal socialiste souhaitant nous libérer notamment du joug de la religion, de l'exploitation de l'homme par l'homme, de nos différences et de permettre une idée de solidarité étant le principe même d'un état ou de l'idée d'un peuple, d'une nation.      -

      au cours de l'histoire de l'humanité se sont affrontés différentes visions du monde pour permettre à l'homme de construire un cadre politique lui permettant de s'épanouir. Il fallut surmonter de nombreux désordres, guerres, combats, obscurantisme, totalitarisme pour permettre d'aboutir à une conception du monde qui permette à l'homme et à nos sociétés modernes de définir un cadre permettant de vivre ensemble et de construire un équilibre économique, des batailles d'idées ou des d'affrontements guerriers pour dépasser nos désordres ont abouti au monde tel que nous le connaissons actuellement. certes, ce monde est encore loin d'être idéal, mais depuis l'arrivée de l'homo sapiens sur notre planète, nous avons construit des choses merveilleuses, les sciences, l'art, la littérature, nous avons acquis le droit d'être plus libres et de souhaiter pouvoir continuer de rêver à un monde ou l'homme traverse son existence de façon plus sereine. Parmis les choses qui ont permis à l'homme d'être plus libre, la politique et la quête philosophique de sens représentent les moyens par lesquelles nous avons atteint ce niveau de développement, soit par la force, soit par la raison, l'homme est parvenu à ce jour à inventer des théories, des conceptions du monde et des lois, qui lui permettent d'organiser la collectivité pour préserver son équilibre et lui permettre de poursuivre une recherche de sens face à ses différentes questions existentielles. la transmission par la culture les différentes idéologies entre chaques générations permettre d'amliorer nos différents acquis, aussi bien sociaux, philosophiques et idéologiques et permettent de construire un paradigme qui à chaque époque définit le niveau dprogrès et d'évolution de notre société et civilisation.

   citation de pascal

  -

   la complexité demeure dans la possibilité d'établir un langage, un système de codes, de valeurs ou de principes qui sans être autoritaires permettent de garantir la permanence d'un équilibre, cela ne peut se faire que d'aprés la recherche et la construction d'un système de pensée, qui donnent lieu à un ensemble paradigmatique qui définit notre notion d'habitus, ou plus simplement la façon dont laquelle la communautée humaine utilise les différents moyens à sa connaissance pour maintenir son développement au sein d'un univers en manque de réponses et de repêres évidents. la question du rapport nature/culture est primordiale au sein de la question de notre développement, de quelle façon parvenons-nous à puiser dans notre environnement de quoi obtenir notre construction du progrès moderne, pour communiquer, voyager, subvenir à nos besoins de subsistances et ainsi permettre d'améliorer le sort de notre communautée humaine. L'idée d'universalisme au centre également de la recherche de principes permettant de définir une façon d'être au monde, de prendre des décisions afin de garantir un équilibre commun. force est de constater que les principaux systèmes de pensées actuels qui séparent le monde d'aprés les conceptions de libéralisme ou de communisme renvoient immanquablement à cette définition de notre rapport nature/culture qui renvoit elle même à notre question de transcendance. schématiquement l'un et l'autre de ces systèmes renferment l'idée d'un équilibre de l'homme soit par la permanence d'un système collectif, soit par la possibilité individuel ou collective de créer un dépassement de notre condition créant de facto une course en avant pouvant se définir par l'idée d'un certain progrès. l'exploitation de la nature nous permet de construire des outils, des théories, de moyens scientifiques pour explorer le réel et nous permettre éventuellement d'en être moins tributaires et soumis et contribuent à améliorer notre confort et notre condition face aux désordres de l'existence, toutefois cette forme de dépassement possède des contreparties puisque si l'accés au bonheur se définit dans un dépassement permanent de notre condition on peut également faire fausse route et vouloir devenir le maitre de cette nature qui nous fait ( eugénisme ) et collectivement et économiquement ne plus percevoir l'horizon d'une définition de l'humanisme autre que par une surenchère déraisonnée et ne prenant pas en compte une certaine cohérence pour ne pas nous borner à simplement dépasser notre être au monde, mais également de permettre de souhaiter atteindre une certaine harmonie, qui ne trouve de place dans cette recherche de dépassement permanent. 

  -

  la question du système de l'argent est également centrale au sein de ce système, la crise actuelle du libéralisme renvoit à cette avidité de l'homme pour lui donner l'impression de pouvoir tout obtenir par l'usage de l'argent, d'être maitre et bénéficiare des choses de la terre et maitre de l'humanité afin de pouvoir en profiter et développer ce qui lui semble une conception du bien, se basant sur l'exploitation des plus défavorisés pour lui permettre de construire cette idée du progrès, et l'illusion d'un équilibre basé sur la surénchère permanente. l'individualisme, la question d'un modèle ou le libéralisme prétend permettre à chacun de en échange de sa contribution au système libéral d'obtenir de quoi subvenir à ses besoins et à ses désirs. la logique de ce système semble acceptable dès lors qu'il y a un rapport équilibré entre le travail de chacuns et l'accés à différentes formes de richesses et d'épanouissement collectif, mais la possibilité de vouloir toujours plus au détriment des autres, et sans la volonté objective de créer cet équilibre entre la contribution collective et la redistribution de ces richesses, crée une situation de désordre, ou d'une certaine façon nous vivons sous le joug d'une guerre économique ou la marchandisation et le commerce créent des conflits d'intérêts entre tous, et ne permettent de redistribuer le plus équitablement les bienfaits de ce progrès. d'une certaine façon le système libéral et monétaire est vicié puisque, si il nous suffisait d'avoir chacun de quoi être satisfait et heureux , nous ne chercherions pas a avoir davantage, dès lors qu'il n'y a pas d'autres horizons que d'avoir plus, et d'accumuler les richesses pour prétendre à un bonheur plus grand, c'est cette logique qui l'emporte, il n'y a plus un équilibre de raison, mais l'égoïsme de chacun en manque d'un modèle différent laisse place à une logique guérrière de prédation de tous contre tous, alors qu'à la base il sagit de construire un bonheur collectif pour que tous soit heureux, et non que chacuns soit heureux au détriment de l'autre.

  -

  en quoi la politique ou la recherche d'idéologies différentes dont l'idée de socialisme peuvent permettre de maintenir un certain équilibre, et de parer à cette forme de l'exploitation des plus forts sur les plus faibles afin de garantir davantage d'égalité et de justice ? par la définition d'un projet commun qui soit clair et défini et dont le ps semble à la recherche depuis un certain temps, tout comme d'autres partis politiques et le système libéral, ce projet commun existe de façon tacite il représente l'idée que par notre travail et le progrès collectif technologique et scientifique on parvienne à garantir un meilleur ordre soical , et une prospérité plus grande pour l'ensemble de la communautée humaine ... pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ? pourquoi aujourd'hui encore la question de la faim et de la précarité, de la crise économqiue et des désordres sociaux ne parviennent-ils à être surmontés par l'affirmation d'un système équitable et réellement vertueux ?  essentiellement pour les mêmes raisons que invoquées plus haut, le système de l'argent, le principe d'échange lié au commerce amenant la notion de monnaie comme dénominateur commun, permet de créer la base de notre développement, le commerce donc, mas peut également s'avérer amener n fonctionnement schizophrénique.

-

  un exemple simple et concret se pouvant d'illustrer le déséquilibre que crée en partie le libéralisme : le cycle travail/production crée des richesses, ces richesses servent à maintenir un équilibre, si le capitalisme détient le bénéfice de ces richesses et ne redistribue pas en étant toujours plus avide, se crée alors un asservissement pour obtenir toujours davantage, et à ce que d'autres ne possèdent jamais assez pour devoir continuer de travailler. c'est le mécanisme de base de l'exploitation de l'homme par l'homme encore en oeuvre aujourd'hui. pour faire une image plus concrete concernant l'évolution du monde actuel : soit l'état garanti un équilibre, soit le capitalisme transforme la société en une grande entreprise, la notion d'état et l'idée de socialisme défendent la volonté de principes d'équilibres républicains, le capitalisme aura tendance à concevoir les membres qui participent aux systèmes comme dominés/dominants, ouvriers, clients et aura tendance également à imposer comme principe l'idée de profit et de rentabilité qui créra une sorte de spirale sans fin pour laquelle il ne peut t avoir aucune limite à ce que d'un côté le pouvoir capitaliste obligent à travailler pour créer des richesses, et à ce que parallelement ces richesses ne paraissent jamais suffisantes pour garantir un épanouissement collectif, c'est la mascarade actuelle de la crise financière.

-

  le fonctionnement du système boursier basé sur l'idée de spéculation est la définition parfaite de l'irresponsabilité du système libéral, et d'une certaine façon une partie du coeur du problème. certes, la spéculation représente un moyen incontournable de soutenir l'esprit d'entreprise, afin que des projets ne soient rentables pour permettre d'être financés et de faire gagner des bénéfices aux actionnaires. mais cela est devenu un jeu, acheté au plus bas, revendre au plus haut, et ainsi de suite, jamais il n'est question de définir en quoi l'ensemble de ces investissements possèdent un intérêt réel pour la collectivité, cet intérêt ne se base que sur l'idée de rentabilité et par ailleurs crée nombre de besoins inutiles et de dérégulation. L'ensemble des valeurs du monde se jouent en bourse, pour permettre au plus influents de se maintenir et d'exercer leur pouvoir sur l'ensemble de la consommation et du monde du travail. actuellement, la crise financière se définit donc comme une projection globale de notre croissance pour lesquelles l'ensemble des indicateurs définissent que nous serions en crise contre nous mêmes, c'est à dire que l'on s'impose un système de créances ou de crédits pour construire nos projets futures d'émancipation et dès le départ nous sommes perdants et en incapacité de surmonter cette dette, créant de facto un ensemble de désordre géopolitique et sociaux, sur lesquelles prospèrent également la face cachée du libéralisme et les zones d'ombre de l'ensemble de ce système marchand, amenant l'exploitation et asservissements.

 -    

  de quelle façon, la pensée politique et l'idée de socialisme peuvent permettre d'attnéuer cette situation de déséquilibre que crée le jeu boursier ?  par quel moyen parvenir à concevoir une organisation de notre commerce et de notre essor économique qui permette de définir un système de valeur^pouvant contourner la notion de spéculation et la dérive du profit ? i sagit à nouveau de poser la question de notre essor économique en relation à notre nature et la façon dont l'homme organise son développement en son sein, le mécanisme boursier étant le socle sur lesquel se définit notre niveau de développement et d'équilibre géo-politique. Cette question est fondamentale puisque elle revient à considérer un système pour lequelle nous organisont l'ensemble de notre élan économique afin de permettre une stabilité politique, étant la base de notre idée de progrès et de potentiel épanouissement, et donc d'harmonie social. Le dénominateur commun de l'ensemble des richesses du monde étant basé sur une volonté à sens unique d'un indice de croissance différent d'une conception objective d'une recherche d'équilibre, le système prétend que la boucle travail/production/consommation ne permette de garantir une dynamique vertueuse , synonyme d'une stabilité et d'un mouvement permanent vers davantage de progrès et d'accomplissement. Cela est en partie vrai, puisqu'il n'y a aucune autre façon de préserver notre équilibre que par notre action à l'égard de la nature, mais ne représente qu'une partie de la réponse dès lors que cette idée de progrès et d'exploitation permanente ne possède pas la vision d'une recherche d'équilibre ( science sans conscience n'est que ruine de l'ame ), le progrès sans la volonté d'une meilleure harmonie social ou la recherche de sens, ne devient que vanité ou tautologique.

 -

   l'ensemble des développements technologiques devraient nous permettre de décupler notre pouvoir sur la matière et notre environnement, pour nous permettre de suivre une idée directrice, et de défendre une vision nouvelle d'un idéal, ou d'une conception plus humaniste. notre rapport au travail devrait se trouver considérablement changé, ainsi que notre façon collective et individuelle d'accéder à l'ensemble des richesses que nous souhaitons pour construire notre équilibre social. le développement de la mécanisation et de l'indusrialisation représentent cette volonté d'user de notre intelligence et de notre science pour permettre de libérer l'homme des aléas que la nature nous opposent, subvenir à nos besoins alimentaires et énergétiques, et permettre de nous garantir un développement technologique synonyme d'une meilleure harmonie sociale. Paradoxalement, depuis l'accélération du progrès moderne se présentent à nous des dangers nouveaux, et des contradictions à cette volonté de progrès, sur le plan agro-alimentaire, nous possèdons techniquement les moyens de subvenir à l'ensemble des besoins mondiaux, mais la logique du marché l'emporte et la valeur des denrés alimentaires alimentent la boucle du commerce plutot que de parvenir à alimenter l'ensemble de la population mondiale. situation symptomatique d'une forme de négation , d'insouciance ou de mécanique économique qui préférent maintenir l'équilibre de la consommation des pays riches au détriment de notre intérêt et altruisme pour la partie pauvre du reste de la population mondiale ne pouvant accéder à ce niveau de richesses. une certaine vision du progrès crée de façon insouciante et inconsciente les bases de ce qui favorise la misère et les désordres mondiaux qui fragilisent les bases mêmes de ce système, l'avance prise par l'ensemble des pays riches ou d'une parti de la population maintient une forme d'asservissement permettant de disposer des pays pauvres en tant que main d'oeuvre pour l'ensemble de nos pays riches, notamment de l'ensemble du continent chinois représenant aujourd'hui une forme d'esclavagisme contemporain sur lequel s'échaffaude le libéralisme, cette logique pouvant également s'appliquer concernant le phénomènes des délocalisations au sein de la communauté européenne et causant un appauvrissement mutuel et des pertes d'emplois.

 -


      la problématique qu'il revient de se poser consite donc clairement à comprendre et souhaiter de modifier l'oraganisation économique de notre progrés, et la gaçon dont laquelle se construit cet assemblage afin de souhaiter maintenir l'évolution de nos socciétés modernes. le monde représente une suite permanente d'évolution, de progrès techniques, ou technologques de modifications de notre ordre social, chaque génération rencontre ses difficultés à surmonter pour permettre de léguer à la génération suivante une meilleure conception de l'harmonie sociale, cet effort est toujours à renouveller pour permettre à nos sociétés de s'orienter vers une meilleure stabilité et équilibre. les prinicpes de notre constitution basé sur la déclaration de droits de l'homme et notre héritage de la révolution française et des lumières ont inscrit des principes et des valeurs souhaitant nous permettre de construire cette stabilité. le problème que nous devons affronter collectivement est aujourd'hui au niveau mondial non seulement celui de recul de la barbarie, mais également de permettre d'ajouter à ces principes des moyens de réalisation qui correspondent à la situation actuelle du monde moderne et de l'ensemble de ses progrès technologiques. les générations qui nous ont précédé ont contribué à la recherche d'un modèle qui permette de garantir un fonctionnement synonyme d'un dénominateur commun pour permettre l'épanouissement, dès lors que cette logique de fonctionnement issue de notre volonté de raison , permet de construire ce dénominateur commun pour garantir notre équilibre, l'ensemble de ces principes et de cette logique deviennent synonyme d'acquis et nous permettent d'en faire profiter l'ensemble de la communauté pour maintenir une certaine idée du progrès.


  -

  défi face à la compléxite contemporaine, croissance 1 2 4 8 16 , g 20



Revenir en haut
JLamo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2009
Messages: 119

MessagePosté le: Mer 5 Aoû - 07:22 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

es grandes lignes : définir ce qu'est l'idée de socialisme en tant que système politique de pensée et de conception du monde.
-
application de cette pensée et vision du monde face au contexte du libéralisme marchand, et définition des valeurs proches de l'idéal républicain.
-
difficulté à défendre l'idée récente de socialisme actuellement face au contexte de mondialistation
-
perspectives et évolution du monde contemporain d'aprés la construction d'un modèle plus social





face à la situation du monde contemporain et de la crise fiancière mondiale, il semble aujourd'hui nécessaire de penser à une conception politique du monde différente, dont notamment la question d'un idéal socialiste. le socialisme est une idée récente qui trouve ses racines dans une conception marxiste du monde et notamment à une organisation privilègiant le communisme, donc la réduction de nos différences de classe par la vision d'un système basé sur l'idée de collectivité. la vie en société et la définition de la liberté obligent à concevoir un fonctionnement collectif qui permette aux uns et aus autres de vivre ensemble de la meilleure façon possible ; les bases de notre république liées aux principes de liberté, d'égalité, fraternité représentent cette conception de l'héritage de l'idéal socialiste souhaitant nous libérer notamment du joug de la religion, de l'exploitation de l'homme par l'homme, de nos différences et de permettre une idée de solidarité étant le principe même d'un état ou de l'idée d'un peuple, d'une nation.      -

      au cours de l'histoire de l'humanité se sont affrontés différentes visions du monde pour permettre à l'homme de construire un cadre politique lui permettant de s'épanouir. Il fallut surmonter de nombreux désordres, guerres, combats, obscurantisme, totalitarisme pour permettre d'aboutir à une conception du monde qui permette à l'homme et à nos sociétés modernes de définir un cadre permettant de vivre ensemble et de construire un équilibre économique, des batailles d'idées ou des d'affrontements guerriers pour dépasser nos désordres ont abouti au monde tel que nous le connaissons actuellement. certes, ce monde est encore loin d'être idéal, mais depuis l'arrivée de l'homo sapiens sur notre planète, nous avons construit des choses merveilleuses, les sciences, l'art, la littérature, nous avons acquis le droit d'être plus libres et de souhaiter pouvoir continuer de rêver à un monde ou l'homme traverse son existence de façon plus sereine. Parmis les choses qui ont permis à l'homme d'être plus libre, la politique et la quête philosophique de sens représentent les moyens par lesquelles nous avons atteint ce niveau de développement, soit par la force, soit par la raison, l'homme est parvenu à ce jour à inventer des théories, des conceptions du monde et des lois, qui lui permettent d'organiser la collectivité pour préserver son équilibre et lui permettre de poursuivre une recherche de sens face à ses différentes questions existentielles. la transmission par la culture les différentes idéologies entre chaques générations permettre d'amliorer nos différents acquis, aussi bien sociaux, philosophiques et idéologiques et permettent de construire un paradigme qui à chaque époque définit le niveau dprogrès et d'évolution de notre société et civilisation.

   citation de pascal

  -

   la complexité demeure dans la possibilité d'établir un langage, un système de codes, de valeurs ou de principes qui sans être autoritaires permettent de garantir la permanence d'un équilibre, cela ne peut se faire que d'aprés la recherche et la construction d'un système de pensée, qui donnent lieu à un ensemble paradigmatique qui définit notre notion d'habitus, ou plus simplement la façon dont laquelle la communautée humaine utilise les différents moyens à sa connaissance pour maintenir son développement au sein d'un univers en manque de réponses et de repêres évidents. la question du rapport nature/culture est primordiale au sein de la question de notre développement, de quelle façon parvenons-nous à puiser dans notre environnement de quoi obtenir notre construction du progrès moderne, pour communiquer, voyager, subvenir à nos besoins de subsistances et ainsi permettre d'améliorer le sort de notre communautée humaine. L'idée d'universalisme au centre également de la recherche de principes permettant de définir une façon d'être au monde, de prendre des décisions afin de garantir un équilibre commun. force est de constater que les principaux systèmes de pensées actuels qui séparent le monde d'aprés les conceptions de libéralisme ou de communisme renvoient immanquablement à cette définition de notre rapport nature/culture qui renvoit elle même à notre question de transcendance. schématiquement l'un et l'autre de ces systèmes renferment l'idée d'un équilibre de l'homme soit par la permanence d'un système collectif, soit par la possibilité individuel ou collective de créer un dépassement de notre condition créant de facto une course en avant pouvant se définir par l'idée d'un certain progrès. l'exploitation de la nature nous permet de construire des outils, des théories, de moyens scientifiques pour explorer le réel et nous permettre éventuellement d'en être moins tributaires et soumis et contribuent à améliorer notre confort et notre condition face aux désordres de l'existence, toutefois cette forme de dépassement possède des contreparties puisque si l'accés au bonheur se définit dans un dépassement permanent de notre condition on peut également faire fausse route et vouloir devenir le maitre de cette nature qui nous fait ( eugénisme ) et collectivement et économiquement ne plus percevoir l'horizon d'une définition de l'humanisme autre que par une surenchère déraisonnée et ne prenant pas en compte une certaine cohérence pour ne pas nous borner à simplement dépasser notre être au monde, mais également de permettre de souhaiter atteindre une certaine harmonie, qui ne trouve de place dans cette recherche de dépassement permanent. 

  -

  la question du système de l'argent est également centrale au sein de ce système, la crise actuelle du libéralisme renvoit à cette avidité de l'homme pour lui donner l'impression de pouvoir tout obtenir par l'usage de l'argent, d'être maitre et bénéficiare des choses de la terre et maitre de l'humanité afin de pouvoir en profiter et développer ce qui lui semble une conception du bien, se basant sur l'exploitation des plus défavorisés pour lui permettre de construire cette idée du progrès, et l'illusion d'un équilibre basé sur la surénchère permanente. l'individualisme, la question d'un modèle ou le libéralisme prétend permettre à chacun de en échange de sa contribution au système libéral d'obtenir de quoi subvenir à ses besoins et à ses désirs. la logique de ce système semble acceptable dès lors qu'il y a un rapport équilibré entre le travail de chacuns et l'accés à différentes formes de richesses et d'épanouissement collectif, mais la possibilité de vouloir toujours plus au détriment des autres, et sans la volonté objective de créer cet équilibre entre la contribution collective et la redistribution de ces richesses, crée une situation de désordre, ou d'une certaine façon nous vivons sous le joug d'une guerre économique ou la marchandisation et le commerce créent des conflits d'intérêts entre tous, et ne permettent de redistribuer le plus équitablement les bienfaits de ce progrès. d'une certaine façon le système libéral et monétaire est vicié puisque, si il nous suffisait d'avoir chacun de quoi être satisfait et heureux , nous ne chercherions pas a avoir davantage, dès lors qu'il n'y a pas d'autres horizons que d'avoir plus, et d'accumuler les richesses pour prétendre à un bonheur plus grand, c'est cette logique qui l'emporte, il n'y a plus un équilibre de raison, mais l'égoïsme de chacun en manque d'un modèle différent laisse place à une logique guérrière de prédation de tous contre tous, alors qu'à la base il sagit de construire un bonheur collectif pour que tous soit heureux, et non que chacuns soit heureux au détriment de l'autre.

  -

  en quoi la politique ou la recherche d'idéologies différentes dont l'idée de socialisme peuvent permettre de maintenir un certain équilibre, et de parer à cette forme de l'exploitation des plus forts sur les plus faibles afin de garantir davantage d'égalité et de justice ? par la définition d'un projet commun qui soit clair et défini et dont le ps semble à la recherche depuis un certain temps, tout comme d'autres partis politiques et le système libéral, ce projet commun existe de façon tacite il représente l'idée que par notre travail et le progrès collectif technologique et scientifique on parvienne à garantir un meilleur ordre soical , et une prospérité plus grande pour l'ensemble de la communautée humaine ... pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ? pourquoi aujourd'hui encore la question de la faim et de la précarité, de la crise économqiue et des désordres sociaux ne parviennent-ils à être surmontés par l'affirmation d'un système équitable et réellement vertueux ?  essentiellement pour les mêmes raisons que invoquées plus haut, le système de l'argent, le principe d'échange lié au commerce amenant la notion de monnaie comme dénominateur commun, permet de créer la base de notre développement, le commerce donc, mas peut également s'avérer amener n fonctionnement schizophrénique.

-

  un exemple simple et concret se pouvant d'illustrer le déséquilibre que crée en partie le libéralisme : le cycle travail/production crée des richesses, ces richesses servent à maintenir un équilibre, si le capitalisme détient le bénéfice de ces richesses et ne redistribue pas en étant toujours plus avide, se crée alors un asservissement pour obtenir toujours davantage, et à ce que d'autres ne possèdent jamais assez pour devoir continuer de travailler. c'est le mécanisme de base de l'exploitation de l'homme par l'homme encore en oeuvre aujourd'hui. pour faire une image plus concrete concernant l'évolution du monde actuel : soit l'état garanti un équilibre, soit le capitalisme transforme la société en une grande entreprise, la notion d'état et l'idée de socialisme défendent la volonté de principes d'équilibres républicains, le capitalisme aura tendance à concevoir les membres qui participent aux systèmes comme dominés/dominants, ouvriers, clients et aura tendance également à imposer comme principe l'idée de profit et de rentabilité qui créra une sorte de spirale sans fin pour laquelle il ne peut t avoir aucune limite à ce que d'un côté le pouvoir capitaliste obligent à travailler pour créer des richesses, et à ce que parallelement ces richesses ne paraissent jamais suffisantes pour garantir un épanouissement collectif, c'est la mascarade actuelle de la crise financière.

-

  le fonctionnement du système boursier basé sur l'idée de spéculation est la définition parfaite de l'irresponsabilité du système libéral, et d'une certaine façon une partie du coeur du problème. certes, la spéculation représente un moyen incontournable de soutenir l'esprit d'entreprise, afin que des projets ne soient rentables pour permettre d'être financés et de faire gagner des bénéfices aux actionnaires. mais cela est devenu un jeu, acheté au plus bas, revendre au plus haut, et ainsi de suite, jamais il n'est question de définir en quoi l'ensemble de ces investissements possèdent un intérêt réel pour la collectivité, cet intérêt ne se base que sur l'idée de rentabilité et par ailleurs crée nombre de besoins inutiles et de dérégulation. L'ensemble des valeurs du monde se jouent en bourse, pour permettre au plus influents de se maintenir et d'exercer leur pouvoir sur l'ensemble de la consommation et du monde du travail. actuellement, la crise financière se définit donc comme une projection globale de notre croissance pour lesquelles l'ensemble des indicateurs définissent que nous serions en crise contre nous mêmes, c'est à dire que l'on s'impose un système de créances ou de crédits pour construire nos projets futures d'émancipation et dès le départ nous sommes perdants et en incapacité de surmonter cette dette, créant de facto un ensemble de désordre géopolitique et sociaux, sur lesquelles prospèrent également la face cachée du libéralisme et les zones d'ombre de l'ensemble de ce système marchand, amenant l'exploitation et asservissements.

 -    

  de quelle façon, la pensée politique et l'idée de socialisme peuvent permettre d'attnéuer cette situation de déséquilibre que crée le jeu boursier ?  par quel moyen parvenir à concevoir une organisation de notre commerce et de notre essor économique qui permette de définir un système de valeur^pouvant contourner la notion de spéculation et la dérive du profit ? i sagit à nouveau de poser la question de notre essor économique en relation à notre nature et la façon dont l'homme organise son développement en son sein, le mécanisme boursier étant le socle sur lesquel se définit notre niveau de développement et d'équilibre géo-politique. Cette question est fondamentale puisque elle revient à considérer un système pour lequelle nous organisont l'ensemble de notre élan économique afin de permettre une stabilité politique, étant la base de notre idée de progrès et de potentiel épanouissement, et donc d'harmonie social. Le dénominateur commun de l'ensemble des richesses du monde étant basé sur une volonté à sens unique d'un indice de croissance différent d'une conception objective d'une recherche d'équilibre, le système prétend que la boucle travail/production/consommation ne permette de garantir une dynamique vertueuse , synonyme d'une stabilité et d'un mouvement permanent vers davantage de progrès et d'accomplissement. Cela est en partie vrai, puisqu'il n'y a aucune autre façon de préserver notre équilibre que par notre action à l'égard de la nature, mais ne représente qu'une partie de la réponse dès lors que cette idée de progrès et d'exploitation permanente ne possède pas la vision d'une recherche d'équilibre ( science sans conscience n'est que ruine de l'ame ), le progrès sans la volonté d'une meilleure harmonie social ou la recherche de sens, ne devient que vanité ou tautologique.

 -

   l'ensemble des développements technologiques devraient nous permettre de décupler notre pouvoir sur la matière et notre environnement, pour nous permettre de suivre une idée directrice, et de défendre une vision nouvelle d'un idéal, ou d'une conception plus humaniste. notre rapport au travail devrait se trouver considérablement changé, ainsi que notre façon collective et individuelle d'accéder à l'ensemble des richesses que nous souhaitons pour construire notre équilibre social. le développement de la mécanisation et de l'indusrialisation représentent cette volonté d'user de notre intelligence et de notre science pour permettre de libérer l'homme des aléas que la nature nous opposent, subvenir à nos besoins alimentaires et énergétiques, et permettre de nous garantir un développement technologique synonyme d'une meilleure harmonie sociale. Paradoxalement, depuis l'accélération du progrès moderne se présentent à nous des dangers nouveaux, et des contradictions à cette volonté de progrès, sur le plan agro-alimentaire, nous possèdons techniquement les moyens de subvenir à l'ensemble des besoins mondiaux, mais la logique du marché l'emporte et la valeur des denrés alimentaires alimentent la boucle du commerce plutot que de parvenir à alimenter l'ensemble de la population mondiale. situation symptomatique d'une forme de négation , d'insouciance ou de mécanique économique qui préférent maintenir l'équilibre de la consommation des pays riches au détriment de notre intérêt et altruisme pour la partie pauvre du reste de la population mondiale ne pouvant accéder à ce niveau de richesses. une certaine vision du progrès crée de façon insouciante et inconsciente les bases de ce qui favorise la misère et les désordres mondiaux qui fragilisent les bases mêmes de ce système, l'avance prise par l'ensemble des pays riches ou d'une parti de la population maintient une forme d'asservissement permettant de disposer des pays pauvres en tant que main d'oeuvre pour l'ensemble de nos pays riches, notamment de l'ensemble du continent chinois représenant aujourd'hui une forme d'esclavagisme contemporain sur lequel s'échaffaude le libéralisme, cette logique pouvant également s'appliquer concernant le phénomènes des délocalisations au sein de la communauté européenne et causant un appauvrissement mutuel et des pertes d'emplois.

 -


      la problématique qu'il revient de se poser consiste donc clairement à comprendre et souhaiter de modifier l'organisation économique de notre progrés, et la façon dont laquelle se construit cet assemblage afin de souhaiter maintenir l'évolution de nos socciétés modernes. le monde représente une suite permanente d'évolution, de progrès techniques, ou technologques de modifications de notre ordre social, chaque génération rencontre ses difficultés à surmonter pour permettre de léguer à la génération suivante une meilleure conception de l'harmonie sociale, cet effort est toujours à renouveller pour permettre à nos sociétés de s'orienter vers une meilleure stabilité et équilibre. les prinicpes de notre constitution basées sur la déclaration de droits de l'homme et notre héritage de la révolution française et des lumières ont inscrit des principes et des valeurs souhaitant nous permettre de construire cette stabilité. le problème que nous devons affronter collectivement est aujourd'hui au niveau mondial non seulement celui de recul de la barbarie, mais également de permettre d'ajouter à ces principes des moyens de réalisation qui correspondent à la situation actuelle du monde moderne et de l'ensemble de ses progrès technologiques. les générations qui nous ont précédé ont contribué à la recherche d'un modèle qui permette de garantir un fonctionnement synonyme d'un dénominateur commun pour permettre l'épanouissement, dès lors que cette logique de fonctionnement issue de notre volonté de raison , permet de construire ce dénominateur commun pour garantir notre équilibre, l'ensemble de ces principes et de cette logique deviennent synonyme d'acquis et nous permettent d'en faire profiter l'ensemble de la communauté pour maintenir une certaine idée du progrès.

-

 La question centrale sur laquelle la pensée socialiste se devrait de se focaliser revient donc à prendre en compte globalement la concpetion de notre paradigme contemporain et de la façon dont se construit notre vision du progrès économique, technologique et social, de quelle façon notre essor économique et technologique se doit de poursuivre le prolongement d'un idéal républicain basé sur un épanouissement collectif et non de privilégier cette idée du progrès technologique au détriment des intérêts humains. il sagit de l'équation centrale qui définit notre rapport à la technologie et au progrès et nous permet soit d'être les bénéficiares , soit d'en devenir en quelquesorte tributaires et que cette ambition ne se révèle nocive ou contre-productive. il sagit d'une forme de hauteur de vue et d'une certaine façon de décomplexer la société, de permettre de s'authoriser le droit ou l'ambition de ne pas être tributaire de notre égoïsme et de permettre de redonner un sens à cette idée du progrès. Pourquoi s'obstine-t-on à renchérir de technologies, de moyens de communications supplémentaires et de moyens scientifiques nouveaux lors que grace à des moyens simples nous ne parvenons à résoudre des questions basiques, et nous rajoutons des problèmes qui ne résolvent en rien les problèmes de base ?  la question est d'ordre systémique, notre conception du progrès est égoïste, nocive et schizophrénique, on possède des centaines d'amis facebook et sans doute nous n'en rencontreorns jamais aucun de visu, on sait ce qu'il se passe à l'autre bout du monde et manifestons pour la situation au tibet et sommes quasiment incapables de s'intresser à nos pauvres ou à cet homme qui dort seul par terre en bas de chez nous, c'est le symptome de notre toute puissante impuissance et de notre égoïsme.

 -

  la réfléxion politique ne se construit pas que de bons sentiments, mais cette volonté d'accomplir le bien est la base, le système dans lequel nous vivons ne s'en préoccupe plus, le bureaucratisme et l'administration nous ont tous rendus presque inhumains, chacun dans ses cases avec la peur de l'autre dans un monde en apparence propret et bien rangé qui ne parvient pas à dissimuler ses crises et ses angoisses. il en va des différents schémas moraux , religieux et économiques qui définissent ainsi notre organisation commune pour laquelle chacun contribue à un développement économique qui ne bénéficie qu'à l'économie elle même et non le bonheur commun, nous servons tous une cause qui n'est pas la notre, et pas celle de millions d'hommes et de femmes de par le monde. Pour permettre de contrer cette fatalité et ce mécanisme d'asservissement de nous-même contre nous même , ou des puissances capitalistes pour leur seuls intérêts de considérer soit :


      - que le système économique dans sa globalité et sa compléxité est synonyme d'une dérive involontaire, d'un système imparfait qui garantit un développement relatif avec ses excès et ses carences.

      - ou bien qu'il existe des rouages idéologiques et organisationelles qui tentent de préserver cet ordre du monde, par une certaine peur, la misère, les guerres afin que cet ordre économique ne garantissent le moindre mal et l'épanuissement relatif de tous au sein d'un système autoritaire de façon tacite mais préserve une certaine harmonie.

     
     les 2 options sont possibles de par les carences de la première proposition, pour laquelle un système économique imparfait crée des rapports de forces et de déséquilibres pour préserver cet ordre, ce qui signifie que notre ordre économique ne parvient à défendre objectivement des valeurs d'épanouissement économique affirmés visant à permettre de créer un bonheur commun, et renvoit à la question systémique du système boursier, de la logique du commerce et du profit. Si l'on souhaite poser la question du socialisme et d'un meilleur épanouissement commun on ne peut faire l'impasse sur la question de notre système économique et marchand et la façon dont s'organise collectivement notre rapport à la création ou distribution de différentes richesses du monde. Le monde contemporain , pour faire une image , est face à un arbre qui lui donnerait des fruits pour vivre, et à inventer un moyen technique de ceuillir ces fruits plus rapidement et éventuellement d'en faire pousser davantage et plus vite, malheureusement les bienfaits de ces progrès techniques font que seulement ceux qui possèdent la technique peuvent profiter des fruits de l'arbre et les autres doivent servir de bras pour en profiter un peu également sans quoi ils n'en profitent pas du tout. Pourquoi ceux qui possèdent la technique ne la mette pas au service de tous et évitent d'en profiter pour soudoyer les autres créant également de ce fait les conditions de leur prospérité exponentielle mais également de leur malheur relatif ?

     A l'heure actuelle de notre développement collectif , c'est ainsi que le problème se pose au niveau économique et technologique créant de facto des différences et une tautologie du progrès contraire aux valeurs d'humanisme et d'équilibre social. Le capitalisme se définit ainsi , une infime partie de la population, nommée également oligarchie, possédent les moyens de productions, pour lesquelles ils ont besoin de l'ensemble de la population pour en créer des richesses, mais leur domination sur la société obligent à ce que ces richesses ne servent toujours et encore qu'à contribuer à leur permettre d'avoir toujouors davantage de richesses pour se maintenir et maintenir également le reste de la population sous leur pouvoir, ils sont riches individuellement et contribue d'une certaine façon au progrès commun, mais serainet davantage plus riches et tous également si cette logique souhaitait permettre de créer un équilibre économique synonyme d'humanisme et raisonnable et non une forme de tautologie liée au profit et à une croissance permanente mise en défaut par les mécanismes de conccurence ou d'asservissement. Comment permettre d'envisager un fonctionnement de l'économie différent pour lequel les intérêts de quelques-une ne soient pas contraires aux intérêt de tous et que en même temps les qualités de chacuns puissent bénéficier à un essor collectif ?


   L'évolution économique du monde semble naturellement tendre vers un certain rééquilibrage de par les progrès technologiques communs et la notion de mondialisation, obligeant à mutualiser les intérêts particuliers dans le sens de l'intérêt collectif, à quoi sert de s'affronter mutuellement pour finalement tenter de partager à monde qui appartient à tous ? est-il préférable de se cloisonner chacun dans notre tour d'ivoire ou de mettre en commun nos richesses et d'une certaine façon d'éviter de construire des murs, des prisons, et des façons de se protéger les uns les autres, alors que nous devrions souhaiter ne pas craindre les autres, si tout le monde se protège cela signifie que tout le monde a peut de tout le monde et nous vivons tous enfermés les uns vis-a-vis des autres alors que contrairement la mise en commun de nos intérêts pour contribuer à un monde plus vivable est profitable à tous.

  
   La question des flux économiques et de la régulation devient alors tout à fait déterminante, car prétend permettre de créer un système économique ou le gachis serait moindre et ou se crérait alors une économie à flux tendues entre nos besoins et l'ensemble de notre production, une question technique de l'ensemble de nos besoins vitaux ainsi que relationnel ou la mondialisation économique lié au systèmes d'échanges mondiaux créraient une sorte d'équilibre entre les cycles de ce que la nature nous offre et que nous puisons et la façon dont laquelle de crée une certaine harmonie globale pour fluidifier le système économique. L'ensemble de l'économie mondiale représente un système " mathématique " de valeur qui tend vers un équilibre des cycles de productions et de redistributions pour permettre de maintenir une certaine croissance se faisant par l'équilibrage de cette " équation " ; cela n'a jamais été aussi vrai dès lors que l'ensemble des valeurs boursières sont reliées par les nouvelles technologies de communications qui créent donc un modèle économique relaint l'ensemble des valeurs marchandes, du travail humain et de valeurs monétaires. On obtient ainsi ce que Joêl de Rosnay nomme le cybionte, et auquel l'ensemble des habitants de cette planètes et l'ensemble des valeurs économiques sont reliées, pour permettre d'obtenir un meilleure épanuissement et équilibre économique et social, nous n'avons donc actuellement aucune autre solution que de souhaiter parvenir à un meilleur équilibrage de cette " équation " que représente le rapport entre le travail humain et l'ensemble des échanges des différentes valeurs boursières, sans doute par l'intermédiaire d'une gestion plus holistique mais également par la nécessaire affirmation de mettre ce système " cybernétique " au service de l'homme et non uniquement au service de l'économie.


  " Faire du monde une oeuvre d'art ", dans notre relation à la nature se pose immanquablement la notion incontournable de la technique, la façon dont laquelle l'homme construit des outils, des moyens de transformations de la nature pour lui permettre de modifier cette nature et de mieux construire son cadre de vie. La révolution des lumières et de celle de l'humanisme au 18 ème siècle, donc assez récemment, représente dabord et avant tout une révolution technique, il sagit de permettre l'affirmation de la raison, c'est à dire de notre intelligence humaine et de notre technique, afin de conférer à notre humanité davantage de liberté et de moyen d'action à l'égard de notre environnement et de la nature dont nous sommes le produit. Cette idée d'Humanisme lié à l'évolution de la technique nous a permis de constuire l'ensemble des progrès qui constitu le monde  moderne et la façon dont s'épanouit notre société contemporaine, par la recherche donc d'un idéal basé sur le progrés, grace à la mécanisation, l'industrialisation et l'ensemble des progrès scientifique qui nous ont apporté la médécine, l'émncipation de l'économie, de l'ensemble des technologies, ainsi que de l'ensemble de la science et de notre amélioration de l'idée d'éducation populaire et d'amélioration du niveau d'indépendance et d'autonomie intellectuelle de notre modernité. Dans le même temps, cette conception du progrès a également engendré des désordres, certaines utopies parfois bénéfiques ( humanisme, progrès humains ) , ou totalement néfaste ( eugénisme, fachisme ), et de façon plus générale l'ensemble de cette conception de l'humanisme basée sur le progrés technologique, d'aprés une certaine poursuite du mythe prométhéen, nous a conduit à l'industrialisation du monde moderne et de ses dangers d'ordre écologique ( nucléaire, industrie automobile, agroalimentaire, carbone ) .  

   De par sa technique et son intelligence, l'homme a donc construit une vision du monde se basant sur le progrès technique visant à lui permettre de construire les progrès du monde moderne ( communication, transport, architecture, santé, culture, économie ) , depuis le 18 ème siècle jusqu'à aujourd'hui s'est ainsi batit une forme d'émancipation basé sur le progrès technologique ou l'ensemble de l'intelligence de la communautée humaine crée une certaine symbiose ou équilibre économque nous amenant à un système de globalisation de l'ensemble des activités humaines visant à préserver notre épanuissement afin de construire un modèle basé sur l'universalisme ou l'ensemble de nos progrès techniques ont pour but de garantir notre subsistance et de maintenir notre vision du progrès.

   Nous pouvons tenter grace aux différents moyens de commnuications et d'observations, d'obtenir une image objective globale de ce qu'est le monde aujourd'hui, d'en avoir une vision d'ensemble tel un modèle ou un objet, de constater objectivement comment fonctionne notre société et l'état global de notre planète. l'ensemble de l'activité humaine à la surface du globe terrestre représentant le moyen par lequel nous modifions ce monde pour nos intérêts et tentons d'en créer une vision ou un modèle qui serait celui d'un monde meilleur, il parait logique de se poser la question de se demander quel est ce modèle global ou cette vision du monde à laquelle nous participons collectivement et d'aprés quelle idéologie, idéal ou modèle notre activité sur le monde construit une certaine vision ou image de notre modernité.   

  Nous savons relativement bien depuis assez peu de temps exactement ce qui se passe sur l'ensemble de notre planète :  économie, guerre, culture, faim, éducation, industrie, transport, santé ... Nous pouvons pour une grade partie des habitants de la planète observer et considérer que le monde est pour ainsi dire devenu un village, dont nous connaissons la situation aussi bien que si il sagissait de notre maison, ou de notre environnement proche.

    état du monde :  faim, guerre, activité économique, niveau de vie ...

   Via l'ensemble de nos découvertes et de nos progrès techniques ou technologiques, l'homme devient progressivement plus autonome, indépendant et libre des conditions de nature qui lui sont imposé à son origine, nous ne sommes progressivement plus dépendants des cycles de la nature qui garantissaient notre subsistance, moins soumis aux maladies et " désordres " de la nature, nous avons à l'égard de la nature dont nous sommes l'émanation d'une certaine façon gagné davantage de pouvoir et sommes devenu " maitre " et responsable de notre gestion de l'harmonie sur notre planète et pour notre humanité. Nous avons su user de notre intelligence pour mettre à profit l'ensemble de notre environnement, de quoi puiser des ressources énergétiques et compris des processus ou théories qui nous permettent de consolider et d'améliorer la façon dont nous organisons notre société et tentons de garantir la permanence et l'amélioration de notre communauté humaine.




  recherche d'un système stable et idéal contre la nature,  place de l'art et de l'imagination , art technique et humanisme, commerce veule manque d'un idéal .




Revenir en haut
JLamo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2009
Messages: 119

MessagePosté le: Jeu 6 Aoû - 05:34 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

  présentation :   réfléxion sur la notion d'humanisme contemporain lié à la technique et présence de la notion d'art permettant de définir un idéa lsocialiste  

_



les grandes lignes : définir ce qu'est l'idée de socialisme en tant que système politique de pensée et de conception du monde.
-
application de cette pensée et vision du monde face au contexte du libéralisme marchand, et définition des valeurs proches de l'idéal républicain.
-
difficulté à défendre l'idée récente de socialisme actuellement face au contexte de mondialistation
-
perspectives et évolution du monde contemporain d'aprés la construction d'un modèle plus social





face à la situation du monde contemporain et de la crise fiancière mondiale, il semble aujourd'hui nécessaire de penser à une conception politique du monde différente, dont notamment la question d'un idéal socialiste. le socialisme est une idée récente qui trouve ses racines dans une conception marxiste du monde et notamment à une organisation privilègiant le communisme, donc la réduction de nos différences de classe par la vision d'un système basé sur l'idée de collectivité. la vie en société et la définition de la liberté obligent à concevoir un fonctionnement collectif qui permette aux uns et aus autres de vivre ensemble de la meilleure façon possible ; les bases de notre république liées aux principes de liberté, d'égalité, fraternité représentent cette conception de l'héritage de l'idéal socialiste souhaitant nous libérer notamment du joug de la religion, de l'exploitation de l'homme par l'homme, de nos différences et de permettre une idée de solidarité étant le principe même d'un état ou de l'idée d'un peuple, d'une nation. 


«La liberté n’existe pas sans morale, ni la morale sans foi.»
Alexis de Tocqueville


«Deux choses remplissent mon esprit d'une admiration et d'un respect incessants : le ciel étoilé au dessus de moi et la loi morale en moi.»
Emmanuel Kant - Critique de la raison pratique

«Dieu n'est pas une substance extérieure mais une relation morale en nous.»
Emmanuel Kant - Extrait des Ecrits posthumes




" Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature " Emmanuel Kant


 

      au cours de l'histoire de l'humanité se sont affrontés différentes visions du monde pour permettre à l'homme de construire un cadre politique lui permettant de s'épanouir. Il fallut surmonter de nombreux désordres, guerres, combats, obscurantisme, totalitarisme pour permettre d'aboutir à une conception du monde qui permette à l'homme et à nos sociétés modernes de définir un cadre permettant de vivre ensemble et de construire un équilibre économique, des batailles d'idées ou des d'affrontements guerriers pour dépasser nos désordres ont abouti au monde tel que nous le connaissons actuellement. certes, ce monde est encore loin d'être idéal, mais depuis l'arrivée de l'homo sapiens sur notre planète, nous avons construit des choses merveilleuses, les sciences, l'art, la littérature, nous avons acquis le droit d'être plus libres et de souhaiter pouvoir continuer de rêver à un monde ou l'homme traverse son existence de façon plus sereine. Parmis les choses qui ont permis à l'homme d'être plus libre, la politique et la quête philosophique de sens représentent les moyens par lesquelles nous avons atteint ce niveau de développement, soit par la force, soit par la raison, l'homme est parvenu à ce jour à inventer des théories, des conceptions du monde et des lois, qui lui permettent d'organiser la collectivité pour préserver son équilibre et lui permettre de poursuivre une recherche de sens face à ses différentes questions existentielles. la transmission par la culture les différentes idéologies entre chaques générations permettre d'amliorer nos différents acquis, aussi bien sociaux, philosophiques et idéologiques et permettent de construire un paradigme qui à chaque époque définit le niveau dprogrès et d'évolution de notre société et civilisation.

   
 " toute la suite des hommes doit être considérée comme un seul homme " blaise pascal
  -

   la complexité demeure dans la possibilité d'établir un langage, un système de codes, de valeurs ou de principes qui sans être autoritaires permettent de garantir la permanence d'un équilibre, cela ne peut se faire que d'aprés la recherche et la construction d'un système de pensée, qui donnent lieu à un ensemble paradigmatique qui définit notre notion d'habitus, ou plus simplement la façon dont laquelle la communautée humaine utilise les différents moyens à sa connaissance pour maintenir son développement au sein d'un univers en manque de réponses et de repêres évidents. la question du rapport nature/culture est primordiale au sein de la question de notre développement, de quelle façon parvenons-nous à puiser dans notre environnement de quoi obtenir notre construction du progrès moderne, pour communiquer, voyager, subvenir à nos besoins de subsistances et ainsi permettre d'améliorer le sort de notre communautée humaine. L'idée d'universalisme au centre également de la recherche de principes permettant de définir une façon d'être au monde, de prendre des décisions afin de garantir un équilibre commun. force est de constater que les principaux systèmes de pensées actuels qui séparent le monde d'aprés les conceptions de libéralisme ou de communisme renvoient immanquablement à cette définition de notre rapport nature/culture qui renvoit elle même à notre question de transcendance. schématiquement l'un et l'autre de ces systèmes renferment l'idée d'un équilibre de l'homme soit par la permanence d'un système collectif, soit par la possibilité individuel ou collective de créer un dépassement de notre condition créant de facto une course en avant pouvant se définir par l'idée d'un certain progrès. l'exploitation de la nature nous permet de construire des outils, des théories, de moyens scientifiques pour explorer le réel et nous permettre éventuellement d'en être moins tributaires et soumis et contribuent à améliorer notre confort et notre condition face aux désordres de l'existence, toutefois cette forme de dépassement possède des contreparties puisque si l'accés au bonheur se définit dans un dépassement permanent de notre condition on peut également faire fausse route et vouloir devenir le maitre de cette nature qui nous fait ( eugénisme ) et collectivement et économiquement ne plus percevoir l'horizon d'une définition de l'humanisme autre que par une surenchère déraisonnée et ne prenant pas en compte une certaine cohérence pour ne pas nous borner à simplement dépasser notre être au monde, mais également de permettre de souhaiter atteindre une certaine harmonie, qui ne trouve de place dans cette recherche de dépassement permanent. 

-
«Le comportement borné des hommes en face de la nature conditionne leur comportement borné entre eux.»
[ Karl Marx ] - L'idéologie allemande

-



«La production des idées, des représentations et de la conscience, est d'abord directement et intimement mêlée à l'activité matérielle et au commerce matériel des hommes : elle est le langage de la vie réelle.»
[ Karl Marx ] - L'idéologie allemande





 " La conception matérialiste de l'Histoire est l’application du matérialisme à l’étude du développement historique des sociétés. Selon cette conception, c’est l’être social qui explique la conscience sociale : dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives matérielles. (Contribution à la Critique de l’Économie Politique)
La technologie, dit Marx, met à nu le mode d'action de l'homme vis-à-vis de la nature, le procès de production de sa vie matérielle, et, par conséquent, l'origine des rapports sociaux et des idées ou conceptions intellectuelles qui en découlent (Le Capital, livre I). Pour les
marxiens, une telle conception permet de ne pas expliquer l’histoire uniquement par les désirs et volontés des hommes, mais de rechercher dans les rapports sociaux les causes de ces désirs. Elle permet également de ne pas négliger l’action des masses de la population, en étudiant les conditions de vie de la population et leur évolution. Ainsi, quelles que soient les conditions données qu'ils réalisent dans l'histoire, les hommes sont les artisans de leur propre histoire, de ce qu'ils sont.
Ainsi, l'Histoire, selon Marx, est avant tout la transformation de la Nature par le
travail de l'Homme qui, en retour, transforme l'homme lui-même (la "praxis"). Selon une interprétation particulière de la dialectique du Maître et de l'Esclave exposée par Hegel dans La Phénoménologie de l'Esprit, l'esclave est l'être qui, transformant la Nature, accède immédiatement à l'objet dans son côté passif et actif. Le maître, qui pour sa part ne travaille pas mais fait réaliser vit immédiatement dans la jouissance de l'objet consommable : il ne connaît que son aspect passif. Il apparaît que l'esclave, travaillant (réalisant) à transformer le monde humain, se transforme lui-même et revendique son autonomie au monde naturel dans sa transformation humaine du monde, tandis que le maître se rend étranger à son monde, qu'il ne reconnaît plus dans la connaissance que l'esclave s'en fait. Ainsi celui-ci, par le produit de son travail et la maîtrise induite par sa pratique, peut renverser le rapport de domination ancestrale pour se réaliser dans l'accomplissement du monde humain, dont la notion d'égalité constitue l'un des fondements conceptuels.
Le
travail, par les améliorations techniques que son évolution implique, conduit à transformer les structures de la société. Qu'on pense seulement à la différence entre le travail d'un paysan du siècle dernier et un informaticien, ou bien, pour reprendre un exemple de Karl Marx, extrait de Misère de la philosophie [2] "


  -

  la question du système de l'argent est également centrale au sein de ce système, la crise actuelle du libéralisme renvoit à cette avidité de l'homme pour lui donner l'impression de pouvoir tout obtenir par l'usage de l'argent, d'être maitre et bénéficiare des choses de la terre et maitre de l'humanité afin de pouvoir en profiter et développer ce qui lui semble une conception du bien, se basant sur l'exploitation des plus défavorisés pour lui permettre de construire cette idée du progrès, et l'illusion d'un équilibre basé sur la surénchère permanente. l'individualisme, la question d'un modèle ou le libéralisme prétend permettre à chacun de en échange de sa contribution au système libéral d'obtenir de quoi subvenir à ses besoins et à ses désirs. la logique de ce système semble acceptable dès lors qu'il y a un rapport équilibré entre le travail de chacuns et l'accés à différentes formes de richesses et d'épanouissement collectif, mais la possibilité de vouloir toujours plus au détriment des autres, et sans la volonté objective de créer cet équilibre entre la contribution collective et la redistribution de ces richesses, crée une situation de désordre, ou d'une certaine façon nous vivons sous le joug d'une guerre économique ou la marchandisation et le commerce créent des conflits d'intérêts entre tous, et ne permettent de redistribuer le plus équitablement les bienfaits de ce progrès. d'une certaine façon le système libéral et monétaire est vicié puisque, si il nous suffisait d'avoir chacun de quoi être satisfait et heureux , nous ne chercherions pas a avoir davantage, dès lors qu'il n'y a pas d'autres horizons que d'avoir plus, et d'accumuler les richesses pour prétendre à un bonheur plus grand, c'est cette logique qui l'emporte, il n'y a plus un équilibre de raison, mais l'égoïsme de chacun en manque d'un modèle différent laisse place à une logique guérrière de prédation de tous contre tous, alors qu'à la base il sagit de construire un bonheur collectif pour que tous soit heureux, et non que chacuns soit heureux au détriment de l'autre.

-

«Aussi longtemps que les hommes vivent sans un pouvoir commun qui les tient en respect, ils sont dans cette condition qui se nomme guerre, la guerre de chacun contre chacun.»
[ Thomas Hobbes ] - Léviathan


' La monnaie (à comprendre au sens de pièces de monnaie) est la forme objective de l'argent.
Dans le système de pensée de Marx, l'argent (concept) occupe une place importante.
D'abord, l'argent apparaît lors des échanges (achat-vente de marchandises). Ensuite, il est la substance de la richesse. La richesse et l'argent sont avant tout des abstractions. La monnaie, elle, est sa forme objective.
Chez Marx, tout est marchandise en système capitaliste (objet manufacturé, comme travail humain). Dans le système capitaliste, toute marchandise a donc un équivalent-argent.
Or, dans la conception philosophique de Marx, le travail est intimement lié à l'Homme. Le travail est une caractéristique essentielle de l'homme, et est ce qui forme les relations entre eux. Le consommateur est lié au producteur, et vice-versa.
Comme ce travail peut s'acheter avec l'argent (abstraction), dans le système capitaliste, les relations entre les hommes tendent à être suboordonnées aux relations basées sur l'argent. L'argent détruit la réalité de l'homme en détruisant les médiations entre eux. C'est l'argent qui devient la médiation entre les hommes (par le salaire, et les échanges économiques).
Marx pense même que les relations entre les serfs et les seigneurs au Moyen-Âge étaient de ce point de vue beaucoup plus humaines que celle des ouvriers de l'ère industrielle.
L'argent comporte également plusieurs contradictions dont en voici une importante : l'argent n'est au début qu'un moyen d'échange de marchandises. Mais, dans le système capitaliste, il va devenir le but du capitaliste.
L'homme a une dépendance vis-à-vis de l'argent : L'homme ne peut rien, par contre l'argent peut tout : il est le pouvoir, il est l'équivalent des marchandises. L'homme a donc inventé une abstraction qu'il vénère et qui le surpasse.
L'argent a également un effet sur la moralité des hommes. Comme on peut échanger toute marchandise contre toute autre (dont le travail humain, c’est-à-dire l'homme), la forme ultime du capitalisme est la prostitution généralisée de l'homme.
Chez Marx, la monnaie permet de tromper le salarié. L'esclave est payé par les subsistances vitales que lui procure son maître, tandis que le salarié croit obtenir un salaire monétaire qui lui offre une liberté de choix dans sa consommation. Mais cette liberté n'est qu'une illusion qui vient tromper le salarié sur sa situation réelle : en fait son salaire monétaire ne lui permet que d'acheter le minimum vital que le maître procurait directement à l'esclave. Cette illusion est l'apport essentiel de la monnaie dans les rapports sociaux du système de production capitaliste. "




  -

  en quoi la politique ou la recherche d'idéologies différentes dont l'idée de socialisme peuvent permettre de maintenir un certain équilibre, et de parer à cette forme de l'exploitation des plus forts sur les plus faibles afin de garantir davantage d'égalité et de justice ? par la définition d'un projet commun qui soit clair et défini et dont le ps semble à la recherche depuis un certain temps, tout comme d'autres partis politiques et le système libéral, ce projet commun existe de façon tacite il représente l'idée que par notre travail et le progrès collectif technologique et scientifique on parvienne à garantir un meilleur ordre soical , et une prospérité plus grande pour l'ensemble de la communautée humaine ... pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ? pourquoi aujourd'hui encore la question de la faim et de la précarité, de la crise économqiue et des désordres sociaux ne parviennent-ils à être surmontés par l'affirmation d'un système équitable et réellement vertueux ?  essentiellement pour les mêmes raisons que invoquées plus haut, le système de l'argent, le principe d'échange lié au commerce amenant la notion de monnaie comme dénominateur commun, permet de créer la base de notre développement, le commerce donc, mas peut également s'avérer amener n fonctionnement schizophrénique.

-

  un exemple simple et concret se pouvant d'illustrer le déséquilibre que crée en partie le libéralisme : le cycle travail/production crée des richesses, ces richesses servent à maintenir un équilibre, si le capitalisme détient le bénéfice de ces richesses et ne redistribue pas en étant toujours plus avide, se crée alors un asservissement pour obtenir toujours davantage, et à ce que d'autres ne possèdent jamais assez pour devoir continuer de travailler. c'est le mécanisme de base de l'exploitation de l'homme par l'homme encore en oeuvre aujourd'hui. pour faire une image plus concrete concernant l'évolution du monde actuel : soit l'état garanti un équilibre, soit le capitalisme transforme la société en une grande entreprise, la notion d'état et l'idée de socialisme défendent la volonté de principes d'équilibres républicains, le capitalisme aura tendance à concevoir les membres qui participent aux systèmes comme dominés/dominants, ouvriers, clients et aura tendance également à imposer comme principe l'idée de profit et de rentabilité qui créra une sorte de spirale sans fin pour laquelle il ne peut t avoir aucune limite à ce que d'un côté le pouvoir capitaliste obligent à travailler pour créer des richesses, et à ce que parallelement ces richesses ne paraissent jamais suffisantes pour garantir un épanouissement collectif, c'est la mascarade actuelle de la crise financière.


«La situation devient sérieuse lorsque l’entreprise n’est plus qu’une bulle d’air dans le tourbillon spéculatif.»
[ John Maynard Keynes ]



" Mais la lecture de Durkheim est intéressante pour un autre point : son étude sur ce qu'il appellera le lien social. Alors témoin de la naissance de la société industrielle, Durkheim se pose la question sociale de savoir comment s'unissent les hommes dans une société qui s'individualise de plus en plus. Durkheim définit ainsi l'évolution de la solidarité : les sociétés traditionnelles passées se basaient sur une solidarité mécanique impliquant des comportements collectifs et des activités de production faiblement différenciés. Cette solidarité reposait sur la proximité, la ressemblance et le partage d'une histoire et de valeurs communes aux communautés humaines. Mais cette solidarité doit laisser place à une solidarité devenue "organique" pour s'imposer dans nos sociétés modernes. Cette solidarité se définit par l'interdépendance et la complémentarité qu'impose la société moderne aux êtres humains. Celle-ci s'étant mise en place avec la division du travail social produit par la forte densité démographique du pays. La division du travail social semble alors créer pour Durkheim un lien d'interdépendance, une fonction sociale, entre les êtres humains.
Il revient à l'État de veiller à ce que les différences croissantes n'entament pas l'interdépendance des individus et des groupes : "S'il ne sait plus garantir l'égalité, il peut garantir l'équité."


-

  le fonctionnement du système boursier basé sur l'idée de spéculation est la définition parfaite de l'irresponsabilité du système libéral, et d'une certaine façon une partie du coeur du problème. certes, la spéculation représente un moyen incontournable de soutenir l'esprit d'entreprise, afin que des projets ne soient rentables pour permettre d'être financés et de faire gagner des bénéfices aux actionnaires. mais cela est devenu un jeu, acheté au plus bas, revendre au plus haut, et ainsi de suite, jamais il n'est question de définir en quoi l'ensemble de ces investissements possèdent un intérêt réel pour la collectivité, cet intérêt ne se base que sur l'idée de rentabilité et par ailleurs crée nombre de besoins inutiles et de dérégulation. L'ensemble des valeurs du monde se jouent en bourse, pour permettre au plus influents de se maintenir et d'exercer leur pouvoir sur l'ensemble de la consommation et du monde du travail. actuellement, la crise financière se définit donc comme une projection globale de notre croissance pour lesquelles l'ensemble des indicateurs définissent que nous serions en crise contre nous mêmes, c'est à dire que l'on s'impose un système de créances ou de crédits pour construire nos projets futures d'émancipation et dès le départ nous sommes perdants et en incapacité de surmonter cette dette, créant de facto un ensemble de désordre géopolitique et sociaux, sur lesquelles prospèrent également la face cachée du libéralisme et les zones d'ombre de l'ensemble de ce système marchand, amenant l'exploitation et asservissements.

 -    

  de quelle façon, la pensée politique et l'idée de socialisme peuvent permettre d'attnéuer cette situation de déséquilibre que crée le jeu boursier ?  par quel moyen parvenir à concevoir une organisation de notre commerce et de notre essor économique qui permette de définir un système de valeur^pouvant contourner la notion de spéculation et la dérive du profit ? i sagit à nouveau de poser la question de notre essor économique en relation à notre nature et la façon dont l'homme organise son développement en son sein, le mécanisme boursier étant le socle sur lesquel se définit notre niveau de développement et d'équilibre géo-politique. Cette question est fondamentale puisque elle revient à considérer un système pour lequelle nous organisont l'ensemble de notre élan économique afin de permettre une stabilité politique, étant la base de notre idée de progrès et de potentiel épanouissement, et donc d'harmonie social. Le dénominateur commun de l'ensemble des richesses du monde étant basé sur une volonté à sens unique d'un indice de croissance différent d'une conception objective d'une recherche d'équilibre, le système prétend que la boucle travail/production/consommation ne permette de garantir une dynamique vertueuse , synonyme d'une stabilité et d'un mouvement permanent vers davantage de progrès et d'accomplissement. Cela est en partie vrai, puisqu'il n'y a aucune autre façon de préserver notre équilibre que par notre action à l'égard de la nature, mais ne représente qu'une partie de la réponse dès lors que cette idée de progrès et d'exploitation permanente ne possède pas la vision d'une recherche d'équilibre ( science sans conscience n'est que ruine de l'ame ), le progrès sans la volonté d'une meilleure harmonie social ou la recherche de sens, ne devient que vanité ou tautologique.

 -

   l'ensemble des développements technologiques devraient nous permettre de décupler notre pouvoir sur la matière et notre environnement, pour nous permettre de suivre une idée directrice, et de défendre une vision nouvelle d'un idéal, ou d'une conception plus humaniste. notre rapport au travail devrait se trouver considérablement changé, ainsi que notre façon collective et individuelle d'accéder à l'ensemble des richesses que nous souhaitons pour construire notre équilibre social. le développement de la mécanisation et de l'indusrialisation représentent cette volonté d'user de notre intelligence et de notre science pour permettre de libérer l'homme des aléas que la nature nous opposent, subvenir à nos besoins alimentaires et énergétiques, et permettre de nous garantir un développement technologique synonyme d'une meilleure harmonie sociale. Paradoxalement, depuis l'accélération du progrès moderne se présentent à nous des dangers nouveaux, et des contradictions à cette volonté de progrès, sur le plan agro-alimentaire, nous possèdons techniquement les moyens de subvenir à l'ensemble des besoins mondiaux, mais la logique du marché l'emporte et la valeur des denrés alimentaires alimentent la boucle du commerce plutot que de parvenir à alimenter l'ensemble de la population mondiale. situation symptomatique d'une forme de négation , d'insouciance ou de mécanique économique qui préférent maintenir l'équilibre de la consommation des pays riches au détriment de notre intérêt et altruisme pour la partie pauvre du reste de la population mondiale ne pouvant accéder à ce niveau de richesses. une certaine vision du progrès crée de façon insouciante et inconsciente les bases de ce qui favorise la misère et les désordres mondiaux qui fragilisent les bases mêmes de ce système, l'avance prise par l'ensemble des pays riches ou d'une parti de la population maintient une forme d'asservissement permettant de disposer des pays pauvres en tant que main d'oeuvre pour l'ensemble de nos pays riches, notamment de l'ensemble du continent chinois représenant aujourd'hui une forme d'esclavagisme contemporain sur lequel s'échaffaude le libéralisme, cette logique pouvant également s'appliquer concernant le phénomènes des délocalisations au sein de la communauté européenne et causant un appauvrissement mutuel et des pertes d'emplois.

 -«L'histoire de l'industrie est le livre ouvert des facultés humaines.»
  Karl Marx



«L'abondance est le fruit d'une bonne administration.»
[ Jean Jaurès ] - Extrait d’ Histoire socialiste...


      la problématique qu'il revient de se poser consiste donc clairement à comprendre et souhaiter de modifier l'organisation économique de notre progrés, et la façon dont laquelle se construit cet assemblage afin de souhaiter maintenir l'évolution de nos socciétés modernes. le monde représente une suite permanente d'évolution, de progrès techniques, ou technologques de modifications de notre ordre social, chaque génération rencontre ses difficultés à surmonter pour permettre de léguer à la génération suivante une meilleure conception de l'harmonie sociale, cet effort est toujours à renouveller pour permettre à nos sociétés de s'orienter vers une meilleure stabilité et équilibre. les prinicpes de notre constitution basées sur la déclaration de droits de l'homme et notre héritage de la révolution française et des lumières ont inscrit des principes et des valeurs souhaitant nous permettre de construire cette stabilité. le problème que nous devons affronter collectivement est aujourd'hui au niveau mondial non seulement celui de recul de la barbarie, mais également de permettre d'ajouter à ces principes des moyens de réalisation qui correspondent à la situation actuelle du monde moderne et de l'ensemble de ses progrès technologiques. les générations qui nous ont précédé ont contribué à la recherche d'un modèle qui permette de garantir un fonctionnement synonyme d'un dénominateur commun pour permettre l'épanouissement, dès lors que cette logique de fonctionnement issue de notre volonté de raison , permet de construire ce dénominateur commun pour garantir notre équilibre, l'ensemble de ces principes et de cette logique deviennent synonyme d'acquis et nous permettent d'en faire profiter l'ensemble de la communauté pour maintenir une certaine idée du progrès.


«L’histoire humaine n’est qu’un effort incessant d’invention, et la perpétuelle évolution est une perpétuelle création.»
  Jean Jaurès



«Le genre humain a toujours été en progrès et continuera toujours de l’être à l’avenir : ce qui ouvre une perspective à perte de vue dans le temps.»
[ Emmanuel Kant ]


-

 La question centrale sur laquelle la pensée socialiste se devrait de se focaliser revient donc à prendre en compte globalement la concpetion de notre paradigme contemporain et de la façon dont se construit notre vision du progrès économique, technologique et social, de quelle façon notre essor économique et technologique se doit de poursuivre le prolongement d'un idéal républicain basé sur un épanouissement collectif et non de privilégier cette idée du progrès technologique au détriment des intérêts humains. il sagit de l'équation centrale qui définit notre rapport à la technologie et au progrès et nous permet soit d'être les bénéficiares , soit d'en devenir en quelquesorte tributaires et que cette ambition ne se révèle nocive ou contre-productive. il sagit d'une forme de hauteur de vue et d'une certaine façon de décomplexer la société, de permettre de s'authoriser le droit ou l'ambition de ne pas être tributaire de notre égoïsme et de permettre de redonner un sens à cette idée du progrès. Pourquoi s'obstine-t-on à renchérir de technologies, de moyens de communications supplémentaires et de moyens scientifiques nouveaux lors que grace à des moyens simples nous ne parvenons à résoudre des questions basiques, et nous rajoutons des problèmes qui ne résolvent en rien les problèmes de base ?  la question est d'ordre systémique, notre conception du progrès est égoïste, nocive et schizophrénique, on possède des centaines d'amis facebook et sans doute nous n'en rencontreorns jamais aucun de visu, on sait ce qu'il se passe à l'autre bout du monde et manifestons pour la situation au tibet et sommes quasiment incapables de s'intresser à nos pauvres ou à cet homme qui dort seul par terre en bas de chez nous, c'est le symptome de notre toute puissante impuissance et de notre égoïsme.

 «Toutes les bonnes maximes sont dans le monde ; on ne manque qu'à les appliquer.»
  Blaise Pascal - Extrait du Discours sur les passions de l'amour



  la réfléxion politique ne se construit pas que de bons sentiments, mais cette volonté d'accomplir le bien est la base, le système dans lequel nous vivons ne s'en préoccupe plus, le bureaucratisme et l'administration nous ont tous rendus presque inhumains, chacun dans ses cases avec la peur de l'autre dans un monde en apparence propret et bien rangé qui ne parvient pas à dissimuler ses crises et ses angoisses. il en va des différents schémas moraux , religieux et économiques qui définissent ainsi notre organisation commune pour laquelle chacun contribue à un développement économique qui ne bénéficie qu'à l'économie elle même et non le bonheur commun, nous servons tous une cause qui n'est pas la notre, et pas celle de millions d'hommes et de femmes de par le monde. Pour permettre de contrer cette fatalité et ce mécanisme d'asservissement de nous-même contre nous même , ou des puissances capitalistes pour leur seuls intérêts de considérer soit :


      - que le système économique dans sa globalité et sa compléxité est synonyme d'une dérive involontaire, d'un système imparfait qui garantit un développement relatif avec ses excès et ses carences.

      - ou bien qu'il existe des rouages idéologiques et organisationelles qui tentent de préserver cet ordre du monde, par une certaine peur, la misère, les guerres afin que cet ordre économique ne garantissent le moindre mal et l'épanuissement relatif de tous au sein d'un système autoritaire de façon tacite mais préserve une certaine harmonie.

     
     les 2 options sont possibles de par les carences de la première proposition, pour laquelle un système économique imparfait crée des rapports de forces et de déséquilibres pour préserver cet ordre, ce qui signifie que notre ordre économique ne parvient à défendre objectivement des valeurs d'épanouissement économique affirmés visant à permettre de créer un bonheur commun, et renvoit à la question systémique du système boursier, de la logique du commerce et du profit. Si l'on souhaite poser la question du socialisme et d'un meilleur épanouissement commun on ne peut faire l'impasse sur la question de notre système économique et marchand et la façon dont s'organise collectivement notre rapport à la création ou distribution de différentes richesses du monde. Le monde contemporain , pour faire une image , est face à un arbre qui lui donnerait des fruits pour vivre, et à inventer un moyen technique de ceuillir ces fruits plus rapidement et éventuellement d'en faire pousser davantage et plus vite, malheureusement les bienfaits de ces progrès techniques font que seulement ceux qui possèdent la technique peuvent profiter des fruits de l'arbre et les autres doivent servir de bras pour en profiter un peu également sans quoi ils n'en profitent pas du tout. Pourquoi ceux qui possèdent la technique ne la mette pas au service de tous et évitent d'en profiter pour soudoyer les autres créant également de ce fait les conditions de leur prospérité exponentielle mais également de leur malheur relatif ?

     A l'heure actuelle de notre développement collectif , c'est ainsi que le problème se pose au niveau économique et technologique créant de facto des différences et une tautologie du progrès contraire aux valeurs d'humanisme et d'équilibre social. Le capitalisme se définit ainsi , une infime partie de la population, nommée également oligarchie, possédent les moyens de productions, pour lesquelles ils ont besoin de l'ensemble de la population pour en créer des richesses, mais leur domination sur la société obligent à ce que ces richesses ne servent toujours et encore qu'à contribuer à leur permettre d'avoir toujouors davantage de richesses pour se maintenir et maintenir également le reste de la population sous leur pouvoir, ils sont riches individuellement et contribue d'une certaine façon au progrès commun, mais serainet davantage plus riches et tous également si cette logique souhaitait permettre de créer un équilibre économique synonyme d'humanisme et raisonnable et non une forme de tautologie liée au profit et à une croissance permanente mise en défaut par les mécanismes de conccurence ou d'asservissement. Comment permettre d'envisager un fonctionnement de l'économie différent pour lequel les intérêts de quelques-une ne soient pas contraires aux intérêt de tous et que en même temps les qualités de chacuns puissent bénéficier à un essor collectif ?


   L'évolution économique du monde semble naturellement tendre vers un certain rééquilibrage de par les progrès technologiques communs et la notion de mondialisation, obligeant à mutualiser les intérêts particuliers dans le sens de l'intérêt collectif, à quoi sert de s'affronter mutuellement pour finalement tenter de partager à monde qui appartient à tous ? est-il préférable de se cloisonner chacun dans notre tour d'ivoire ou de mettre en commun nos richesses et d'une certaine façon d'éviter de construire des murs, des prisons, et des façons de se protéger les uns les autres, alors que nous devrions souhaiter ne pas craindre les autres, si tout le monde se protège cela signifie que tout le monde a peut de tout le monde et nous vivons tous enfermés les uns vis-a-vis des autres alors que contrairement la mise en commun de nos intérêts pour contribuer à un monde plus vivable est profitable à tous.

  
   La question des flux économiques et de la régulation devient alors tout à fait déterminante, car prétend permettre de créer un système économique ou le gachis serait moindre et ou se crérait alors une économie à flux tendues entre nos besoins et l'ensemble de notre production, une question technique de l'ensemble de nos besoins vitaux ainsi que relationnel ou la mondialisation économique lié au systèmes d'échanges mondiaux créraient une sorte d'équilibre entre les cycles de ce que la nature nous offre et que nous puisons et la façon dont laquelle de crée une certaine harmonie globale pour fluidifier le système économique. L'ensemble de l'économie mondiale représente un système " mathématique " de valeur qui tend vers un équilibre des cycles de productions et de redistributions pour permettre de maintenir une certaine croissance se faisant par l'équilibrage de cette " équation " ; cela n'a jamais été aussi vrai dès lors que l'ensemble des valeurs boursières sont reliées par les nouvelles technologies de communications qui créent donc un modèle économique relaint l'ensemble des valeurs marchandes, du travail humain et de valeurs monétaires. On obtient ainsi ce que Joêl de Rosnay nomme le cybionte, et auquel l'ensemble des habitants de cette planètes et l'ensemble des valeurs économiques sont reliées, pour permettre d'obtenir un meilleure épanuissement et équilibre économique et social, nous n'avons donc actuellement aucune autre solution que de souhaiter parvenir à un meilleur équilibrage de cette " équation " que représente le rapport entre le travail humain et l'ensemble des échanges des différentes valeurs boursières, sans doute par l'intermédiaire d'une gestion plus holistique mais également par la nécessaire affirmation de mettre ce système " cybernétique " au service de l'homme et non uniquement au service de l'économie.


  " Faire du monde une oeuvre d'art ", dans notre relation à la nature se pose immanquablement la notion incontournable de la technique, la façon dont laquelle l'homme construit des outils, des moyens de transformations de la nature pour lui permettre de modifier cette nature et de mieux construire son cadre de vie. La révolution des lumières et de celle de l'humanisme au 18 ème siècle, donc assez récemment, représente dabord et avant tout une révolution technique, il sagit de permettre l'affirmation de la raison, c'est à dire de notre intelligence humaine et de notre technique, afin de conférer à notre humanité davantage de liberté et de moyen d'action à l'égard de notre environnement et de la nature dont nous sommes le produit. Cette idée d'Humanisme lié à l'évolution de la technique nous a permis de constuire l'ensemble des progrès qui constitu le monde  moderne et la façon dont s'épanouit notre société contemporaine, par la recherche donc d'un idéal basé sur le progrés, grace à la mécanisation, l'industrialisation et l'ensemble des progrès scientifique qui nous ont apporté la médécine, l'émncipation de l'économie, de l'ensemble des technologies, ainsi que de l'ensemble de la science et de notre amélioration de l'idée d'éducation populaire et d'amélioration du niveau d'indépendance et d'autonomie intellectuelle de notre modernité. Dans le même temps, cette conception du progrès a également engendré des désordres, certaines utopies parfois bénéfiques ( humanisme, progrès humains ) , ou totalement néfaste ( eugénisme, fachisme ), et de façon plus générale l'ensemble de cette conception de l'humanisme basée sur le progrés technologique, d'aprés une certaine poursuite du mythe prométhéen, nous a conduit à l'industrialisation du monde moderne et de ses dangers d'ordre écologique ( nucléaire, industrie automobile, agroalimentaire, carbone ) .  

   De par sa technique et son intelligence, l'homme a donc construit une vision du monde se basant sur le progrès technique visant à lui permettre de construire les progrès du monde moderne ( communication, transport, architecture, santé, culture, économie ) , depuis le 18 ème siècle jusqu'à aujourd'hui s'est ainsi batit une forme d'émancipation basé sur le progrès technologique ou l'ensemble de l'intelligence de la communautée humaine crée une certaine symbiose ou équilibre économque nous amenant à un système de globalisation de l'ensemble des activités humaines visant à préserver notre épanuissement afin de construire un modèle basé sur l'universalisme ou l'ensemble de nos progrès techniques ont pour but de garantir notre subsistance et de maintenir notre vision du progrès.

   Nous pouvons tenter grace aux différents moyens de commnuications et d'observations, d'obtenir une image objective globale de ce qu'est le monde aujourd'hui, d'en avoir une vision d'ensemble tel un modèle ou un objet, de constater objectivement comment fonctionne notre société et l'état global de notre planète. l'ensemble de l'activité humaine à la surface du globe terrestre représentant le moyen par lequel nous modifions ce monde pour nos intérêts et tentons d'en créer une vision ou un modèle qui serait celui d'un monde meilleur, il parait logique de se poser la question de se demander quel est ce modèle global ou cette vision du monde à laquelle nous participons collectivement et d'aprés quelle idéologie, idéal ou modèle notre activité sur le monde construit une certaine vision ou image de notre modernité.   

  Nous savons relativement bien depuis assez peu de temps exactement ce qui se passe sur l'ensemble de notre planète :  économie, guerre, culture, faim, éducation, industrie, transport, santé ... Nous pouvons pour une grade partie des habitants de la planète observer et considérer que le monde est pour ainsi dire devenu un village, dont nous connaissons la situation aussi bien que si il sagissait de notre maison, ou de notre environnement proche.

    état du monde :  faim, guerre, activité économique, niveau de vie ...


    http://www.poodwaddle.com/clocks2fr.htm
     

  http://www.worldometers.info/fr/




   Via l'ensemble de nos découvertes et de nos progrès techniques ou technologiques, l'homme devient progressivement plus autonome, indépendant et libre des conditions de nature qui lui sont imposé à son origine, nous ne sommes progressivement plus dépendants des cycles de la nature qui garantissaient notre subsistance, moins soumis aux maladies et " désordres " de la nature, nous avons à l'égard de la nature dont nous sommes l'émanation d'une certaine façon gagné davantage de pouvoir et sommes devenu " maitre " et responsable de notre gestion de l'harmonie sur notre planète et pour notre humanité. Nous avons su user de notre intelligence pour mettre à profit l'ensemble de notre environnement, de quoi puiser des ressources énergétiques et compris des processus ou théories qui nous permettent de consolider et d'améliorer la façon dont nous organisons notre société et tentons de garantir la permanence et l'amélioration de notre communauté humaine.


«L'homme est une chose imparfaite qui tend sans cesse à quelque chose de meilleur et de plus grand qu'elle-même.»
[ René Descartes ]






 " À  partir de 1995, Joël de Rosnay développe, en particulier dans L’homme symbiotique, la métaphore du cybionte, un organisme planétaire que l’on peut assimiler à un organisme vivant, composé d’une multitude de réseaux et de connections autour de la terre. Cet organisme est le résultat de la symbiose entre les hommes et les machines et vit grâce à la multiplication des réseaux et des nouvelles formes de communication. Pour parvenir à gérer l’évolution de ce système, il est nécessaire de le comprendre. En rassemblant à la fois des éléments de la théorie du chaos et des sciences de la complexité, Joël de Rosnay, propose comme outils d’analyse de son cybionte, une « théorie unifiée de l’auto-organisation et de la dynamique des systèmes complexes ». L’ensemble des phénomènes couverts par cette théorie s’appelle la symbionomie. La symbionomie est l'étude de l'émergence des systèmes complexes par auto-organisation, autosélection, coévolution et symbiose. Le terme trouve son origine dans la symbiose animale dont il reprend une grande partie des mécanismes pour l’appliquer à des systèmes complexes et non-vivants (villes, réseaux Internet etc.)
La complexité aujourd’hui
L’auteur du Macroscope définit la complexité par 5 points : 
  • L’existence d’éléments ou d’agents (ex : les cellules).
  • L’existence de relations entre ces éléments.
  • La présence de niveaux hiérarchiques interdépendants et de réseaux.
  • Des comportements dynamiques (non linéaires) de la part des éléments.
  • Une capacité d’évolution.
La ville, par exemple, est un élément complexe. Elle est à la fois le support et la conséquence de l’organisme vivant qui y habite. Il en est de même pour une cellule, un corps humain ou la terre. Trente ans après Le Macroscope, Joël de Rosnay constate un accroissement de la complexité. En prenant l’exemple de l’évolution de l’ADN dans le corps humain, il montre la manière dont un système pourtant simple évolue pour se complexifier au fils du temps : L’ADN se reproduit. En se reproduisant, il introduit dans son code des erreurs générées par l’environnement extérieur (pollution, radiations, maladies, etc.), c’est ce que Joël de Rosnay appelle « un générateur aléatoire de variétés ». Si le système ne s’adapte pas à ces changements, il disparaît. Sinon, il évolue en apprenant à maîtriser son environnement (c’est la boucle de l’apprentissage) ce qui lui permet de s’adapter et donc de survivre pour se reproduire de nouveau en prenant en compte ces nouveaux changements. Cette boucle de l’ADN est valable pour l’ensemble du monde animal. 
Néanmoins, l’homme n’est pas un animal comme les autres et a une différence de taille : il est le seul à pouvoir imaginer et prévoir cette évolution (c’est le monde de l’imagination). Cette capacité d’imagination accélère la complexification car l’homme n’a pas besoin de passer par de longues phases d’apprentissage. Cette capacité est encore dupliquée grâce à l’informatique et à la puissance des ordinateurs (on entre alors dans le monde virtuel). Ces trois mondes (animal ou réel, imaginaire et virtuel) réagissent pourtant de la même manière. A l’image de la cellule ADN, un programme informatique suit la même boucle évolutionniste : création du programme, reproduction, mutations ou bug ; si le programme n’évolue pas il meurt, sinon il se transforme en prenant en compte les nouveaux changements dans ses lignes de code.
La symbiose est un autre mécanisme de complexification. Il se retrouve dans tous les systèmes complexes (hommes, fourmis etc.). Son fonctionnement reprend celui d’une spirale : des agents capables de se reproduire évoluent avec leur environnement. Les interactions qu’ils ont entre eux, par l’intermédiaire des réseaux de communication, aboutissent à des structures, des comportements et des organisations multiples. La concentration d’agents dans un de ces systèmes entraîne le maintien de celui-ci par catalyse ce qui peut amplifier les interactions entre les agents. Le chaos engendré par ces modifications aboutit alors à une forme d’autosélection qui pousse le système à se transformer ou à périr. Des symbioses apparaissent avec d’autres organismes, structures ou organisations. La mémorisation de ces nouvelles structures ou de ces mécanismes évolutifs, que ce soit par codage chimique (dans le cas des molécules, par exemple) ou par la culture (pour les sociétés humaines) assure la transmission des informations aux nouveaux agents. Ces nouveaux agents deviennent alors de facto plus complexes que leurs prédécesseurs.
Cette spirale de la complexité peut être vertueuse ou vicieuse selon que l’agent s’adapte ou non aux fluctuations. Il existe alors trois évolutions possibles pour chaque système complexe :
 

  • Le désordre s’accroît plus vite que la capacité du système à remettre de l’ordre : c’est la désorganisation et la disparition.
  • L’auto-organisation et l’entropie se compensent : c’est le statu quo.
  • L’auto-organisation du système augmente plus vite que l’entropie : c’est l’accrois-sement de la complexité. "


  recherche d'un système stable et idéal contre la nature,  compléxité, système holistique, déterminisme , place de l'art et de l'imagination , art technique et humanisme, commerce veule manque d'un idéal .




  conclusion :   changement d'époque , de temps, universalisme encyclopédie, changement de modèle, application en politique




Revenir en haut
JLamo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2009
Messages: 119

MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 12:44 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

   Jonathan Lamonica est membre de Médiapart, il s'intéresse à l'art contemporain et à la philosophie. L'ambition de cette contribution est de définir les contours d'un projet socialiste contemporain basé sur la notion d'humanisme , lié à l'évolution des technologies et des pratiques artistiques.  


   Jonathan Lamonica est membre de Mediapart, il s'intéresse à l'art contemporain et à la philosophie. L'ambition de cette contribution est de proposer d'approfondir une réfléxion d'ordre philosophique et idéologique concernant la définition d'une pensée socialiste moderne lié à la notion d'humanisme et d'évolution de la technique et de l'uotpie politique lié à l'art.




sur la définition d'une vision  socialisme lié  






  - définition de la pensée socialiste face aux enjeux du monde contemporain

  -  conception de la pensée socialiste basée sur la notion de l'art et de l'utopie politique.


  - conclusion , application politique.  


Revenir en haut
JLamo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2009
Messages: 119

MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 13:06 (2009)    Sujet du message: a Répondre en citant

Jonathan Lamonica est membre de Mediapart, il s'intéresse à l'art contemporain et à la philosophie. L'ambition de cette contribution est d'approfondir une réflexion d'ordre philosophique et idéologique sur la définition d'une pensée socialiste moderne liée aux notions d'humanisme, de progrés technologique, et d'utopie politique basée sur les pratiques artistiques. Ce texte propose un développement depuis les bases de l'idéologie du socialisme jusqu'à son adaptation concernant les enjeux du monde contemporain, et souhaitant permettre de proposer une réflexion et ambition politique  



sur les bases de l'idéologie du socialisme et de son adaption  depuis les fondements de l'idéologie socialiste jusqu'à   

   


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:45 (2018)    Sujet du message: a

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum alternative de gauche et humanisme Index du Forum -> Forum Politique -> Actualité politique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com